Aleksi Briclot

Variant ses activités, il alterne créations graphiques pour le monde du jeu vidéo, l’illustration et la bande-dessinée depuis plus de dix ans.
Il a réalisé de très nombreuses illustrations intérieures ainsi que des couvertures de  livres  jeux de rôles pour Vampire The Requiem, Les Métabarons , C.O.P.S, Mage, des couvertures de  romans de Tolkien, J.V.Jones, Bradley ainsi que des  packagings pour le jeu de figurines Horrorclix, des illustrations pour le jeu de cartes World of Warcraft. L’éditeur américain Darkhorse lui a confié les couvertures de la mini-série des comic-books Hellgate, inspiré du jeu vidéo éponyme et Marvel la réalisation des couvertures de la saga Annihilation : Conquest, des New Avengers, de War of Kings ainsi que des illustrations liées au film HULK 2.

Il est l’un des artistes principaux du jeu de cartes à collectionner Magic : the Gathering produit par Wizards of the Coast pour lequel il réalise des illustrations de cartes, de packagings et des visuels de communication. Il a notamment signé les designs des Arpenteurs. Toujours pour Wizards, il a peint  les premiers visuels du jeu de figurine Dreamblade. 

Concernant la bande-dessinée, sa première production fut l’adaptation en comic-book du jeu vidéo Alone in the Dark 4 puis plus tard l’album Spawn Simony, meilleure vente d’album relié le mois de sa sortie sur le continent américain, en mai 2004. Côté BD franco-belge, il a collaboré aux deux premiers tomes des Légendes de la Table Ronde et un nouveau graphic novel Spawn : Architects of Fear pour ToddMcFarlane Productions est sorti en mai 2009 aux Etats-unis.

Designer et directeur artistique dans le monde du jeu vidéo depuis 10 ans, Aleksi a entre autre travaillé sur Egypte 2, ColdFear, Splinter Cell : Double Agent, Dungeon Runner et Haze. Il a récemment cofondé le studio de développement de jeux vidéos DONTNOD entertainment.

Aleksi est également instructeur aux workshops internationaux ConceptArt / MassiveBlack (Pragues, Montreal, San Francisco, Seattle, Dallas) et ses travaux apparaissent dans de nombreux magazines et livres d’illustration internationaux. Il a remporté un Silver Award dans l’anthologie fantastique Spectrum 16 et a pris part à divers événements internationaux Magic (Worlds à Paris et New York, Shizuoka au Japon…)

Agé de 31 ans, il vit et travaille à Paris.

Site d'Aleksi Briclot



Jean-Sébastien Rossbach

Jean-Sébastien ROSSBACH:
Illustrateur spécialisé dans la Fantasy, la SF et le fantastique.
En France il est connu pour avoir illustré les couvertures de la série Hyperion de Dan Simmons, le Trône de fer, l'Assassin Royal, ainsi que plusieurs dizaines de couvertures chez Pocket, Flammarion, Gallimard, j'ai Lu, le Bélial, Bragelonne, etc...
Après avoir collaboré à plusieurs jeux-video tels que Dark Messiah, Prince of Persia, Beowulf, il est repéré aux USA par la Paramount et le studio Blur pour travailler sur la suite du fameux film d’animation Heavy Metal.

C’est dans le milieu du jeu de rôle et de figurine qu’il a fait ses premières armes. De 2000 à 2003 il est lead designer et illustrateur pour la société Rackham. Vient ensuite le jeu de rôle Vampire, support pour lequel il a réalisé en deux ans des illustrations et couvertures pour une quinzaine de livres. Depuis il a travaillé pour des clients prestigieux de par le monde tels que Wizards of the Coast (le jeu de cartes à collectionner Magic : the Gathering), White Wolf (Vampire, Mage, Werewolf, World of Darkness), Wizkids pour les jeux Pirates et Horrorclix, EMI, SEAT, Tor Books, Random House, ainsi que de nombreuses couvertures de magazines spécialisés.

Ancien musicien, il collabore régulièrement avec des artistes à tendance énervée tels que les américains Job for a Cowboy ou le norvégien Mortiis. Ses travaux sont régulièrement publiés dans des anthologies consacrées au meilleur de l'illustration mondiale telles que Spectrum ou Exposé. Lauréat du prix Art&Fact 008 du meilleur illustrateur de SF & Fantasy, J.S Rossbach est âgé de 35 ans et vit en région parisienne.

En 2009, c’est aux côtés d’Aleksi Briclot qu’il collabore sur le beau livre, écrit par Jean-Luc Istin, Merlin paru aux éditions Soleil.

Site de Jean sébastein Rossbach

Alex Alice

Pour cause de déplacement professionnel Alex Alice ne pourra pas être parmi nous. 

Site d'Alex Alice

 

Brucero

Connu pour ses illustrations qui donnent depuis des années un visage aux bières de la brasserie Lancelot, Brucéro ne cesse de puiser son inspiration dans le monde sans limite des fées et des héros, celtiques de préférence.

Autodidacte, cet ancien dessinateur publicitaire peint un univers féerique et mystérieux, en arpentant la forêt de Brocéliande et les Monts d’Arrée. Pour inventer son monde imaginaire, il n’hésite pas à mener de front jusqu’à une vingtaine de planches en même temps.

Le Livre secret de Merlin, son premier ouvrage, explore le personnage historique, symbolique et mythique. Il suit en cela la voie tracée par ses lectures d’enfance et par son professeur d’histoire, au collège. « Je suis fasciné par le côté magique du personnage, mais aussi par toutes ses failles et son côté ambivalent. Il est ouvert sur plusieurs mondes< : celui du roi Arthur, des fées et du petit peuple. Avec lui, je vais partout. » 

 Brucéro a illustré le calendrier de 2009 des écoles Diwan mêlant des images d’une grande douceur à des personnages effrayants : « Les contes de Grimm ou d’Andersen m’effrayaient. La peur fait partie du monde des enfants. Elle sert à les interpeller. » Son prochain livre, sur des textes de Pascal Lamour, traite des plantes et de la médecine traditionnelle… « Derrière cela, il y a encore Merlin, en tant que druide... »


Didier Graffet

Fasciné par le fantastique au sens large, Didier Graffet étudie l’illustration traditionnelle et l’histoire de l’art. Après un passage dans la publicité, il illustre des jeux de rôles, des livres, des cartes à jouer, des pochettes de CD. Il travaille pour de nombreux magazines (<Science et Vie Junior, Casus Belli, Multimondes) et crée des affiches.

De multiples romans français (fantasy, science-fiction) lui doivent leur couverture (Mnemos, Nestivequen, Bragelonne, Denoël, l’Atalante), dont les derniers romans de Bernard Werber (Albin Michel). Il a reçu des récompenses prestigieuses, comme le Grand prix de l’imaginaire 2002, catégorie meilleur illustrateur pour l’ensemble de son œuvre, le Prix du public de Vision du Futur (2002), le Jules Verne Award.

Didier se passionne pour la civilisation médiévale, le monde celte, les voyages, surtout lorsqu’ils sont imaginaires. Sans doute est-ce pourquoi il a illustré 20 000 lieues sous les mers et L’île mystérieuse(Gründ). Deux beaux ouvrages suivis, en 2006, d’une magnifique réédition en deux volumes des Chevaliers de la Table Ronde, de Jacques Boulenger, chez Gründ aussi. Didier a également illustré de nombreux articles des encyclopédies publies par Édouard Brasey au pré aux Clercs. En 2008 enfin, il a renouvelé l’illustration des mythes germaniques avec L’anneau des Nibelungen (soleil).

 Didier Graffet vit actuellement en Normandie… et rêve d’Écosse.


 

Jean-Luc Istin


Laurent Miny

Depuis l’enfance, Laurent Miny se passionne pour le dessin, la peinture et le fantastique. Il dévore les Conan et Tarzan de Barry Windsor Smith et John Buscema et l’école des comics américains. Puis, il découvre Frazetta, Brian Froud, Alan Lee, Loisel. C’est une évidence: lui aussi sera illustrateur.

Après un passage par le monde de la publicité, Laurent revient à l’illustration et collabore avec divers éditeurs, Pocket, Nestiveqnen, Bayard, le Pré aux Clercs, ou encore Hachette. Il collabore régulièrement à de nombreux magazines, parmi lesquels Science et Vie Junior, le Chaudron Magique ou encore le défunt Forêt Mag, où il a eu le bonheur de travailler avec Pierre Dubois.

Après plusieurs recueils illustrés (l’Agrippa, La bête du Gévaudan, etc.), il réalise Le Coffre du Pirate chez Ouest-France, et l’important Carnet de route de la Bretagne féerique avec Claudine Glot, sous la direction de Jean-Luc Istin chez Soleil Celtic.

Il travaille sur une gamme de couvertures pour la série l’Elfe au Dragon, d’Arthur Ténor (Le Seuil Jeunesse) et prépare un ouvrage illustré chez Soleil Celtic, avec sa compagne Christelle Grandjean. Laurent, un des principaux organisateurs des Rencontres de l’Imaginaire en Brocéliande, enseigne l’illustration et le dessin à l’école Pivaut de Nantes.


Séverine Pineaux

Séverine Pineaux poursuit sa vision d’une réconciliation rêvée entre l’homme et la nature et la célébration de l’hybride comme un accomplissement créateur. « J’ai trouvé de nombreux développements autour de ces sylphes, qui me permettent de représenter des sentiments, des liens, d’évoquer toutes sortes de choses sans que la symbolique en soit trop claire, donc gardant un mystère que j’apprécie en peinture. »

Ses expositions la mènent de Paris à Hong-Kong et passant par Limoges et la Bretagne. En 2002, elle participe à l’album collectif Terra Incognita (Nestiveqnen), le premier recueil français consacré à la nouvelle génération d’artistes du fantastique. Elle exécute de multiples couvertures pour des ouvrages de fantasy, puis publie en 2004 Ysambre, le monde arbre (La Mascara) où elle explore magistralement, la relation de l’homme avec la nature. Elle le complètera en 2008, par un second volume, Ysambre, la femme graine.

Après le monde des arbres animés, Séverine porte ses pas vers les fabuleux dragons, les bestiaires fantastiques, les chats mutants. En témoignent ses derniers ouvrages publié aux éditions Aux bord des continents, Les dragons, petit traité de sciences naturelles (2006) et Le Grand Bestiaire des Légendes (2008). Miséricordieuse, elle vient d’éclairer pour nous l’alchimie intime de ses images avec son Carnet de Croquis, la forêt magique de Séverine Pineaux (2009).



Virginie Ropars

Après des études de graphisme à Paris, Virginie Ropars débute comme infographiste pour les jeux vidéo Kalisto. Mais un virus plus insidieux s’est déjà emparé d’elle : Virginie coud des vêtements, tresse des bijoux, taille et pique des accessoires en cuir. Dans ses songes, elle module des mains, sculpte des pieds, modèle des crânes qu’elle habille de vapeurs de soie. Ambiance arsenic et vieilles dentelles.

En 2004, après quelques mois de travail sur une série TV animée pour Antéfilms à Angoulême, elle rentre en Bretagne où elle décide de se consacrer totalement à la création de poupées dites « d’artiste ». Gepetto de la résine et Madeleine Vionnet des tissus, elle y fait naître des cendrillons vertueuses (?), à bottines et corset. Maléfiques? Et pourquoi pas 

Membre de la « Professional Doll Makers Art Guild » (USA) ses œuvres sont exposées en permanence dans des galeries d’art à Paris, Moscou, Londres, Berlin. Certains de ses travaux sont sélectionnés depuis l’année dernière dans la publication annuelle américaine Spectrum, the best in contemporary fantastic art. Virginie travaille actuellement sur un projet au long cours avec Olivier Ledroit tout en préparant plusieurs expositions.


Erwan Seure Le Bihan

Né le 2 décembre 1970 à Lorient, entre Vannetais et Cornouaille, c’est à 18 ans qu’Erwan Seure Le Bihan entreprend une formation de dessinateur par le biais du dessin animé. En revenant d’une formation d’intervaliste chez Walt Disney Animation France à Paris qu’il décide d’être dessinateur-illustrateur. 

En 2000, il illustre son premier livre, des contes pour enfants, chez Coop-Breizh qui édite l’année suivante le Légendaire Celtique. En 2002, il travaille pour la 200e émission de Des racines et des Ailes.

De 2004 à 2006, le musée de Carnac, l’université de Caen, le musée Rolin d’Autun et les archives départementales de Loire-Atlantique lui confient des travaux de reconstitutions historiques. En parallèle, il réalise divers travaux, des vulgarisations historiques pour les éditions Ouest-France, un beau livre, Légendes des Pays Celtiques, chez Coop-Breizh en 2005. Inconditionnel de la mythologie comparée, il expose des travaux personnels pour la société de mythologie française aux côtés de Bernard Sergent, Claude Gaignebet et Marc Deceneux.

Plus récemment, Erwan a travaillé pour le documentaire américain Reclaiming the Blade produit par Galatia Films. Début 2009, il signe chez Soleil un contrat pour sa première BD, Odin, dont le tome 1 sortira début 2010.

Site d'Erwan Seure Le Bihan


David Thiérrée

David Thiérrée est dessinateur par passion. Il a appris par ses propres moyens les techniques de dessin traditionnelles ou informatiques. Après avoir œuvré pour de nombreux groupes de musique Métal extrême un peu partout dans le monde (pochettes de disques, logos, T-shirts, etc…), il est revenu à ses passions premières : le folklore, la féérie, et l’imaginaire. et depuis 2000, il illustre ses mondes intérieurs

Ses travaux ont été utilisés pour des magazines, des affiches pour des festivals, mais aussi pour des livres comme La Légende du Guerrier, aux éditions Liber Mirabilis, des cartes postales aux éditions Sidh & Banshees, etc…

Depuis 2008, David est revenu à des univers plus ombres, mais ne lâche pas pour autant la Fantasy. Sa dernière publication est sa participation à l’ouvrage collectif Dragons Artbook, aux éditions Spootnik (Khimaira magazine).

La fin de l’année verra la parution d’un Artbook intitulé Les mondes Imaginaires de David Thiérrée, toujours aux éditions Spootnik. Cet ouvrage réunira la plupart des dessins réalisés sur le thème de la Fantasy, en noir ou couleur. D’autres ouvrages sont prévus pour 2010, ainsi que diverses expositions… David Thiérrée participe pour la troisième fois aux Rencontres de l’Imaginaire.